3 questions à… Manuel Blanchard

Son titre Monster est resté plusieurs jours dans le TOP 10 Trance mondial. Manuel Blanchard a quitté son sud natal pour partir à la grande aventure vivre son rêve à Paris. Un choix courageux, mais pas forcement évident. Il a accepté de répondre à nos 3 questions.

Pour ceux qui ne te connaissent pas, peux-tu te présenter ?

Je m’appelle donc Manuel Blanchard, et je vis à Paris. Je suis DJ/Producteur et j’ai également la chance de m’essayer au mannequinat en faisant quelques publicités, notamment pour des campagnes de mode.

Quelles sont tes influences musicales ?

En fait, je développe deux univers musicaux distincts, inspirés par des influences bien différentes.

Sous mon propre nom Manuel Blanchard, j’explore plusieurs sous-genres de la Trance, à grand renfort de boucles évolutives et de nappes planantes. C’est rapide, c’est hypnotique, c’est mélodieux, ça me ressemble. Des références à certains synthétiseurs du milieu des années 90 jusqu’au début des années 2000, ainsi qu’à la Dance, y sont omniprésentes.

Puis il y a un moi plus apaisé, qui se fait appeler Anything For The Boy. Avec cet alter ego, j’explore des sonorité plus anciennes, rétro-futuristes. C’est un univers rendant hommage aux années 80, proche de la Synthwave et de la Dreamwave. On y retrouve cependant des presets très modernes, appartenant souvent à la Trance.

Tu as déjà fait appel à Mikl Mayer pour te représenter, qu’est-ce qui t’attire tant dans son coup de crayon ?

Il y a quelque chose de très authentique dans l’identité visuelle de Mikl. Je suis un vrai fan car on y trouve quelque chose de très rétro, notamment dans ses choix de textures, et des éléments beaucoup plus modernes aussi. Je serais incapable de réaliser un dixième de ce que Mikl fait, mais son univers me ressemble. Je vous laisse imaginer ma joie quand j’ai découvert ses illustrations de moi !

L’engouement récent autour de ce dessinateur talentueux ne m’étonne pas !

 

Laisser un commentaire