Batman a 80 ans

Créé en 1939 par Bob Kane et scénariste Bill Finger, l’homme chauve-souris est un des super-héros les plus populaires de la bande dessinée, et surement le favori de chez DC Comics.

Batman, alias Bruce Wayne, apparaît pour la première fois dans le comic book Detective Comics n°27 sous le nom de Bat-Man. Devenu très vite populaire, il faudra attendre l’été 1940 pour que paraisse Batman n°1 qui est le premier comics à ne présenter que Batman. Il suit alors Superman, premier comics consacré à un seul personnage.

D’autres comics ont été consacrés à Batman : Legends of the Dark Knight de 1989 à 2007, Shadow of the Bat de 1992 à 2000, Batman Chronicles de 1995 à 2001, Batman : Gotham Knight de 2000 à 2006, Batman Confidential de 2007 à 2011, Batman : Streets of Gotham de 2009 à 2011, Batman and Robin depuis 2009 et Batman, Inc. de 2010 à 2013.

 

A la télévision tout d’abord, il est le héros d’une série télévisée de 1966 à 1968, ainsi que d’un film tiré de la même série. Très kitch, elle se veut davantage comique, et très burlesque.

 

Il revient au cinéma avec Tim Burton en 1989. Avec un Jack Nicholson brillant en Joker, face à Michaël Keaton en Batman, le film est un succès.

Bien que le réalisateur ne souhaitait pas revenir, il fut convaincu par le scénario. Batman fait alors face au Pingouin et à Catwoman, joués par Dany DeVito et Michelle Pfeiffer. Malgré les bonnes critiques, certains parents se plaignent de la violence et des sous-entendus sexuels. Tim Burton souhaitait revenir avec un 3ème film, mais la Warner trouvait les films du réalisateur trop sombres, estimant que Batman : Le défi aurait dû rapporter plus d’argent. Joël Shumacher est alors engagé.

 

Michaël Keaton refuse alors de reprendre le rôle, remplacé par Val Kilmer. Tommy Lee Jones et Jim Carrey jouent quant à eux Double Face et Enigma. Le film est un succès financier malgré des critiques mitigées.

Vient ensuite le catastrophique Batman & Robin. George Clooney déclara même avoir tué Batman avec ce film. Face à un Arnold Schwarzenegger en Mr Freeze et une Uma Turman en Poison Ivy, il atteint des sommets de bêtises, critiqué pour son abus de gadgets, son côté kitch et ses sous-entendus homosexuels ajoutés par le réalisateur lui-même. On appréciera particulièrement les gros plans sur les fesses ou plus ridicules, les tétons sur les costumes. Le réalisateur aurait dû revenir pour un cinquième film, qui, heureusement, ne verra jamais le jour.

 

 

Laisser un commentaire