Debbie Harvey

 

Bande dessinée : Mes papas & moi (Tome 2), Mes papas avant moi

Debbie est repris du personnage de Debbie Novotny dans la série Queer As Folk.

Debbie Harvey, tout simplement

Voici très certainement l’un de mes personnages préférés dans tous l’univers de Mikl Mayer. Debbie, c’est quelqu’un d’entier, de drôle, de très protecteur mais qui est surtout très ouverte. Je ne me lasse pas de ses apparitions car à chaque fois qu’elle est quelque part, je sens que je vais rigoler. Quand elle s’immisce dans la relation de son fils, ou même au tout début quand elle les aide à se mettre ensemble ! C’est un peu la bonne fée, celle qui chapeaute tout de loin et qui n’hésite pas à mettre son nez dans les affaires, quitte à aggraver les choses…

J’ai bien cru que mon coeur allait s’arrêter à la fin de « Mes papas avant moi » lorsqu’elle subit l’assaut des intolérants. Connaissant l’auteur et sa capacité à me faire pleurer, je n’étais pas persuadée que ça se finirait bien ! Mais qu’auraient fait les deux garçons sans Debbie à leurs côtés pour supporter les épreuves de la vie ? En effet, une bonne fée ne prend jamais de congés ! Alors c’est tout naturellement qu’elle a voulu arranger les choses entre Tristan et Florian, qui se disputaient à cause du passé légèrement tumultueux de Flo.

Ce qu’il faut retenir de ce personnage, c’est qu’elle est la bonté incarnée. Elle est peut-être maladroite ou trop insistante, se mêle de ce qui ne la regarde pas, mais elle le fait toujours en pensant bien faire et c’est ce qui est louable chez elle. Loin d’elle l’envie de créer encore plus de problèmes, au contraire !

Enfin, il ne faut pas oublier son ouverture d’esprit. Contrairement à la mère de Tristan, elle a totalement accepté l’homosexualité de son fils, quitte à en faire parfois un peu trop… Comme ce restaurant gay qu’elle a ouvert dans « Mes papas avant moi ». Ca reste une façon assez sympa de militer et d’affirmer sa position !

Pour conclure, un personnage encore une fois très humain et qui n’apparaît pas autant que je l’aurais souhaité.

Alexandra Leblond

Laisser un commentaire