Laurent Argelier

Biographie

Laurent débute sa carrière radiophonique sur Radio Scoop (Lyon) en 2005 comme spécialiste médias, « un bébé Morandini ». Très vite, il participe deux fois par semaine au Pato show, une émission entre information et divertissement, avec un peu de trash. En parallèle, il débute sa carrière télévisuelle sur France 3 Rhône-Alpes-Auvergne avec l’émission Déclic qu’il coanime avec une fonction de sniper. Il y présente aussi une multitude de chroniques dans l’émission C’est mieux le matin avec un rôle multicartes : nouvelles tendances, mode, objets insolites. Il présente aussi un tremplin pop-rock et un Téléthon en local.

Il rejoint ensuite la radio Hit & Sport pour coanimer le Grand Buzz. C’est aussi le début des « Buzz people » qui sont rapidement repris par les sites people.

En 2010, Laurent Argelier fait un détour par NRJ12 pour co-présenter aux côtés de Clara Morgane une émission spéciale de Tellement people consacrée à Michael Vendetta, phénomène people de l’époque. « J’avais proposé l’idée et j’ai pu mener l’interview d’un bout à l’autre ».

La même année, Christophe Mahé, PDG d’Espace Group, approche Laurent pour un rendez-vous quotidien sur Radio Espace. Dès lors, il intervient dans la libre-antenne de Philippe Jacquet, « une très belle aventure humaine et radiophonique ». Mais Espace Group ayant racheté MFM et ayant déménagé la station à Lyon, Laurent Argelier arrive sur MFM Radio avec « Les buzz people ».

Laurent Argelier s’est ainsi fait connaître par ses interviewes de personnalités. Avec le temps, la formule a évolué : « Les buzz people » étaient plus dans la confidence que l’actuel « Réveil des stars ». Si à ses débuts, Laurent Argelier s’entretenait avec des personnes venant de tous les horizons (chansons, cinéma, télévision, politique, économie), le format musical de MFM Radio oriente ses choix plutôt vers les chanteurs français, les acteurs et les animateurs de télévision.

Le choix des invités est guidé par l’actualité mais aussi par la notoriété des interviewés : « ce doit être des personnes très identifiées, qui parlent au plus grand nombre et tout de suite sans même avoir besoin de les voir physiquement pour les reconnaître. Maintenant je me limite à 2 ou 3 questions (même si j’en ai préparé beaucoup plus) pour essayer d’avoir le petit scoop ou la petite confidence ». Si Laurent Argelier est libre dans le choix de ses invités, il reconnaît que 3 fois sur 10, il répond positivement aux sollicitations des attachés de presse qui lui proposent leurs clients. Mais les personnes proposées doivent avoir une actualité intéressante pour les auditeurs de MFM Radio.

À l’époque, « Le buzz people » étaient très suivis et repris par les sites people. Aujourd’hui encore, ces sites continuent à suivre « Le réveil des stars » et à s’en faire régulièrement l’écho.

Du côté des politiques, Laurent Argelier a globalement eu des réponses positives de toutes les personnalités sollicitées. Il se rappelle ainsi avoir reçu François Hollande « quand il était candidat à la candidature ! J’en garde un bon souvenir, il était plein d’humour contrairement à son entourage déjà à l’époque. Les politiques jouaient bien le jeu ». Il se souvient aussi que Michèle Alliot-Marie s’était bien livrée à son micro. Toutefois, la classe politique reste une catégorie compliquée à interviewer car beaucoup aimeraient avoir les questions avant « ce que je refuse ».

.

.

Au final, Laurent Argelier a essuyé peu de refus. Il explique que certaines personnalités, comme Charles Aznavour, refusent les phoneurs (interviews par téléphone) préférant les interviews en face-à-face avec le journaliste. Ainsi, Charles Aznavour a accepté l’invitation de Bernard Montiel.