Ma vie avec John F. Donovan au cinéma

Donovan est une charge contre l’hypocrisie de Hollywood vis-à-vis de l’homosexualité comme nous l’explique Xavier Dolan : « Si Chris Evans, en 2006, s’était affiché sur un tapis rouge avec un homme, il ne serait jamais devenu le capitaine América. Le star-system est, en surface, libéral, ouvert d’esprit… Alors qu’au fond, les décideurs sont très conservateurs, car désireux de plaire à un large public, plus traditionaliste. Et je ne crois pas que les mouvements de libération que nous connaissons depuis trois ans changent les rouages profonds du système ».

Ce film a demandé deux longues années de montage. Jugeant son propre scénario trop long, Dolan a décidé de faire des coupes au montage. Ainsi, l’actrice Jessica Chastain, fut complètement coupée au montage. « Cela n’a rien à voir avec elle, mais avec mes choix, qui étaient caricaturaux. Son personnage de rédac chef de tabloïd marquait une rupture de ton trop importante. On était dans la satire, ce qui n’est pas le cas du reste du film » se justifie t-il. Quoi qu’il en soit, il retrouvera l’actrice dans la suite de « ça », dans lequel l’actrice jouera Beverly adulte, et Xavier Dolan le rôle de Adrian Mellon.

Car oui, le réalisateur est aussi acteur. Dès sa première réalisation, nous avons pu le découvrir auprès de Anne Dorval dans « J’ai tué ma mère », sorti en 2009. Un film qu’il a écrit alors qu’il n’avait que 16 ans, et où il a investi toutes ses économies. Il réalise ensuite « Les amours imaginaires », dans lequel il joue également, toujours auprès d’Anne Dorval. Elle le retrouve pour son troisième film « Laurence Anyways », dans lequel il ne joue pas cette fois-ci. On peut en revanche y apercevoir Nathalie Baye, pour la première fois devant sa caméra. Puis vient « Tom à la ferme », adaptation d’une pièce de théâtre homonyme de Michel Marc Bouchard, dans lequel il tient le rôle principal.

L’année suivante, il réalise « Mommy », avec en rôle principale la fidèle Anne Dorval. Véritable succès, il réalise 1 142 750 entrées en France, et est acclamé par la critique.

Et enfin il retrouve Nathalie Baye pour le très émouvant « Juste la fin du monde », avec également Marion Cotillard, Vincent Cassel, Léa Seydoux et Gaspard Ulliel.

 

 

 

 

Laisser un commentaire